Sélectionner une page

Jean-Baptiste Gouraud : Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous l’histoire d’un de mes héros, Joaquin Sorolla.
Tout au long de ma carrière, j’ai eu pas mal d’artistes qui ont influencé mon travail et que je considère comme mes héros. Joaquin Sorolla est très spécial pour moi parce que son style et sa technique ont attiré mon attention au moment où mon art passait du réalisme à une approche plus picturale.

il est né à Valence le 27 février 1863. Alors qu’il n’avait que deux ans, ses deux parents sont morts des suites d’une épidémie de choléra, laissant Joaquin et sa jeune sœur Concha, orphelins.
Ils ont été soignés par leur tante et leur oncle maternels qui, dès leur plus jeune âge, ont reconnu les dons artistiques de Sorolla et l’ont encouragé à peindre et à dessiner.

A quinze ans, Sorolla entre à l’école des Beaux-Arts de Valence et se lie d’amitié avec Juan Antonio Garcia del Castillo. Le père de Juan, Antonio Garcia, photographe établi, est immédiatement devenu le patron et la figure paternelle de Sorolla au cours de ses premières années. A l’âge de dix-huit ans, il s’est rendu à Madrid pour étudier la peinture des anciens maîtres au Musée du Prado et à l’âge de vingt-deux ans, il a obtenu une bourse de peinture lui permettant d’étudier la peinture à Rome, en Italie. Durant cette période, une longue résidence à Paris exposa Sorolla au mouvement de la peinture naturaliste, qui eut un profond impact sur lui. Des artistes comme Jules Bastien-Lepage pratiquaient un style artistique appelé naturalisme qui représentait les sujets de façon plus réaliste, la représentation de sujets ordinaires et quotidiens, plutôt que d’utiliser une composition classique idéalisée

J’ai toujours été fasciné par les impressionnistes français et américains, comme Monet, Renoir, Berthe Morisot, Mary Cassatt et j’ai consacré une grande partie de ma vie à étudier le travail et la technique des impressionnistes.
Mais quand j’ai découvert le travail de Sorolla, ce fut comme un coup de foudre. Je me suis sentie tellement inspirée par son art, ses couleurs et son coup de pinceau que j’ai eu envie d’étudier davantage son travail.
Bien que Sorolla ait vécu à l’époque impressionniste, son style n’avait pas grand-chose en commun avec les impressionnistes français. Son style était appelé luminisme valencien, un style impressionniste tardif ou néo-impressionniste et se caractérisait par l’utilisation de grandes taches de couleur (catégorie de pinceau large) et d’effets lumineux.
La base de la technique exceptionnelle de Sorolla était son talent de dessinateur et sa capacité à manipuler la couleur et la valeur pour créer de la beauté et de la poésie dans sa peinture à travers son travail au pinceau.
Il était tout aussi habile à capturer l’essence tonale et colorée d’un sujet. Il a consacré sa vie à chasser les effets créés par le soleil sur les gens, l’océan étincelant et les lieux de son Espagne bien-aimée. Il a été une telle source d’inspiration pour les étudiants et les peintres professionnels du monde entier.