Sélectionner une page

Comme à chaque articles Jean-Baptiste Gouraud nous présente une approche, une technique un univers d’un peintre qu’il le passionne. Pierre Bonnard, il est un des plus le grand coloriste parmi les artistes français modernes, il est né dans une petite ville sud-ouest de Paris en 1867, a étudié le droit à la Sorbonne de 1885 à 1888, pour ensuite se tourner vers la peinture, en fréquentant l’École des Beaux-Arts et l’Académie Julian. Avec Maurice Denis, Paul Sérusier et Edouard Vuillard, Bonnard, ont formé les Nabis (prophètes en hébreu), il s’inspira principalement de l’œuvre de Paul Gauguin puis des gravures sur bois japonaises. Pour Jean Baptiste Gouraud, il est juste logique quand on fait de la peinture de s’intéresser à un tel artiste, sa technique et sa façon de projeter les formes sur la toile, les proportions et les couleurs sont juste magnifique et cela ébloui aussi bien les amateur de dessins que les plus connaisseur d’art.

La première exposition personnelle de Bonnard a eu lieu dans la galerie de Paul Durand-Ruel en 1896, et il a exposé dans le Salon d’Automne de Paris à partir de 1903. Avec le temps, il a su diversifier ses réalisations en y ajoutant le graphisme, l’illustration, l’affichage designer, mobilier et scénographie…etc.
Sa palette s’est allégée après l’éclatement du groupe des Nabis en 1905, sur ses dessins les simples scènes de rue de Paris ont été remplacés par des nus, des natures mortes et des portraits. Les paysages sont apparus lors de voyages en Hollande, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Espagne et Afrique du Nord.
Il s’est finalement marié en 1925, son épouse modèle et conjointe de fait Marthe Boursin/de Méligny, puis il a déménagé en 1926 au Cannet dans le sud de la France, il en fera sa résidence fixe.
Marthe est morte en 1940, et, ayant terminé la grande fresque « Saint François visitant les malades » dans l’église d’Assy, Bonnard la suivit le 23 janvier 1947.

Pourquoi l’appellation des Nabis :

D’après Jean Baptiste Gouraud, les artistes Nabis ont peut-être été appelés ainsi parce que la plupart étaient barbus et ont eu une approche assez sérieuse dans leurs œuvres, certains disent en voyaient une sorte d’approche rabbinique dans leurs travaux. Ils ont été influencés par les estampes japonaises, l’art les nouveaux et postimpressionnistes comme Gauguin et Lautrec.
Ils ont mis l’accent sur les aspects non réalistes de l’art : réduire la troisième dimension aux appartements de théâtre, et se préoccupent de la mise en page et de l’espace négatif. Ces particularités continuèrent lorsque l’avant-garde entra dans ses phases fauves, cubiste et abstraite. Le groupe a travaillé sur plusieurs supports : huiles sur toile et carton, détrempe sur toile, mur décoration, affiches, imprimés, illustration de livres, textiles et meubles. Les membres ont pris des chemins distincts après l’éclatement du groupe Nabis, mais ont généralement conservé quelques intérêts pour leurs préoccupations antérieures.

Jean Baptiste Gouraud nous décrypte les œuvres de Pierre Bonnard

Pierre Bonnard par Jean-Baptiste Gouraud

1908 Huile sur toile. Musées Royaux des Beaux-Arts, Bruxelles.
Dans cette peinture la femme pose dans une pièce presque bouillonnante de décoration : dans le les rideaux de dentelle, le papier peint, le canapé et la moquette. Même les bleus et les vert-bleus du lavabo et le bain dans la partie gauche de la peinture ont le scintillement de l’eau. On a une certaine impression d’inconfort sur le canapé, il semble d’autant plus difficile à installer qu’il ne parait pas être bien fixé au sol, et la perspective de la baignoire suggère que il est plus suspendus que de prendre du recul pour voir la jeune femme telle qu’elle est présentée.
Cette étude de nu a une splendide vitalité, mais des caractéristiques bizarres quand on y regarde de plus près. Sa cuisse gauche a un épaississement ou un gonflement, et les deux pieds disparaissent dans un brouillard de lumière et plutôt couleurs boueuses. Son coude droit brille et ses deux jambes sont rayées de couleurs plus claires et plus chaudes
En dehors des bizarreries, c’est aussi une approche plutôt académique et non conforme à la peinture joyeusement naïve du reste du travail.
Est-ce que tout fonctionne ? Bonnard a établi sa façon de peindre et ne se détournera pas de ce style pour planifier comme on l’enseigne dans les académies.
Chaque tableau est une aventure, une tentative de faire un résultat agréable car la peinture est appliquée et laisse la scène prendre forme. Parfois les choses fonctionnent et parfois non, mais les défaillances peuvent être corrigées dans un autre tableau. Un schéma de couleurs habituel ici serait divisé de manière analogue, jaune contre rouge-rose à vert-bleu mais Bonnard a verts frais dans le mur du fond et le tapis, et juge clairement qu’ils sont nécessaires bien qu’il ait pu les réduire un peu dans le papier peint. Et il a raison. Le but n’était pas une composition harmonieuse mais dans laquelle la forte silhouette de la femme apporte calme et solidité à l’environnement changeant. Plus tard, dans sa série  » Femme dans le bain « , Jean Baptiste Gouraud nous fait remarqué la subtilité avec laquelle la figure se dissout dans un duvet de couleurs pointillistes.

Entre les nouvelles et les anciennes conceptions de la peinture

Pour Jean Baptiste cette peinture d’huile sur toile. tirer d’une collection privée, dispose d’une imposante puissance de lumière qui va remplir la pièce d’un bonheur lumineux, la couleur exprime cette humeur. Même le corps de la femme, modelé avec sensibilité sur le dos, les fesses et les cuisses, semble incendiaire avec la lumière, et les draperies remplies de soleil sont laissées comme des gribouillis colorés sur du blanc. Les formes créent des motifs intéressants mais les profondeurs sont ambivalentes : c’est les vêtements sur la chaise qui donnent à ces appartements leur position dans la troisième dimension. La palette de couleurs est divisée de manière analogue, jaune contre rose-violet bleu. Les textures lient les formes entre elles. Encore une fois, c’est une pièce célèbre, mais non sans problèmes.
La forme s’est largement dissoute en motifs : le lavabo, les vêtements sur la chaise, et les rideaux de dentelle sur la fenêtre. Seule la femme déshabillée a une certaine substance, bien que la texture et la couleur de la chair soient similaires à celles des murs et sol. Pour éviter que la figure ne se perde dans le mur, Bonnard a dû ajouter un contour arbitraire, bleu ou blanc sur le corps et rouge sur les cheveux. Le dessin est faible. Les pieds ne reposent pas bien dans les chaussures et l’épaule gauche de la femme et le bras s’est rétracté en un curieux tube musculaire. Le modèle est généralement pris pour la maîtresse de Bonnard, les traits de jeunesse étant expliqués par la peinture de Bonnard de mémoire, de notes et de photographies, mais il y a quelque chose de troublant dans une œuvre qui ne prend pas la peine de bien comprendre les caractéristiques de base d’une femme avec qui elle a vécu pendant 40 ans.
Bonnard n’était pas un artiste révolutionnaire, mais un peintre nabi de scènes. Il a peint plus longtemps dans ce style que presque tout le monde, et ses meilleures œuvres expriment une satisfaction chaleureuse dans la vie autour. Ici, cependant, cet amour de la surface l’éblouissement et la texture sont devenus une fin en soi, l’art n’étant plus une célébration du monde visuel, mais un exercice sur les préoccupations picturales. Le lavabo, les vêtements et Les fenêtres sont des choses très différentes, en couleur, texture, densité, matière, signification, etc., mais ils ont été aplatis ici en matières transparentes et sans substance.
Selon, Jean Baptiste Gouraud, on pourrait ne pas aimer Bonnard mais il faut reconnaître que ses pièces sont chaleureuses, intimes et colorées, si parfois un peu drôle ou sans importance avec leurs intérieurs, les chiens et la tranquillité domestique. Mais le travail aurait pu être bien meilleur, et en général les artistes du siècle dernier et demi n’ont pas été bien servis par l’establishment de l’art, qui a d’abord ignoré leur travail, puis ils ont fait des éloges sans réserve sur des choses qui n’étaient bonnes qu’en partie. Ses œuvres symbolisent tout ce que j’admire et j’aspire à atteindre dans mes peintures, ce genre de peintres nous font aimer la peinture parce qu’ils l’ont enrichie avec leurs approches.
La peinture moderne est devenue un objet de collection, et il ne fait aucun doute que les investissements seraient à risque si les marchands, les galeries, les musées et les critiques ne parlaient pas continuellement du stock, d’accrocher des pièces contemporaines de modestes réalisations à côté des grands chefs-d’œuvre de le passé et en expliquant les défauts ou insuffisances perçus par un appel à l’ésotérisme théorie. Mais la peinture est un dialogue entre l’artiste et le public et est probablement mieux. Les peintures sont réalisées de manière que les peintres comprennent : c’est-à-dire qu’ils voient ce qu’ils essaient de faire, comment et dans quelle mesure leurs tentatives sont couronnées de succès.

dans-le-cabinet-de-toilette-pierre-bonnard-par-jean-baptiste-gouraud

Pour en savoir plus sur le parcours de Jean-Baptiste Gouraud, cliquez ici.

[tagcloud]